Thriller / Polar / Policier

À la vie, à la mort

4 mai 2016
à la vie à la mort


Auteur : Colette McBeth
Editions : Pocket
Année de sortie : 2013
Prix : 7,40€ – Acheter sur Amazon
Pages : 380
Lu du 22 au 24 avril 2016

L'histoire

Clara et Rachel se sont rencontrées sur les bancs du lycée, à un âge où l’on peut sincèrement se jurer que ce sera “à la vie, à la mort”. Mais dix années auront suffi à les éloigner. Rachel poursuit une brillante carrière à la télévision et mène une vie stable avec son compagnon quand Clara, elle, peine à trouver son équilibre et se fait de plus en plus distante. Jusqu’au jour où elle disparaît.

Décidée à la retrouver, Rachel va devoir se souvenir de chaque détail de leur amitié, questionner tout ce qu’elles ont vécu ensemble. La vérité s’y trouve. Encore faut-il que Rachel veuille la voir…

Mon avis

J’ai reçu ce roman par le biais de Livre-moi(s), la box dont je vous parle régulièrement – d’ailleurs ce mois-ci est mon dernier mois d’abonnement, je pense renouveler mais plus tard car je voudrais m’abonner un peu à Exploratology aussi ! J’avais plutôt hâte de le lire, car sur Instagram on m’avait signalé que c’était un véritable page turner.

L’histoire est en fait une lettre que Rachel écrit à sa meilleure amie Clara, pour lui raconter les faits de son point de vue. Elles se sont rencontrées au lycée et ont vite lié une amitié incroyable, du moins pour Rachel, dont la vie tourne autour de Clara et elle pense que c’est pareil pour elle. Brusquement, dix années les séparent l’une de l’autre, durant lesquelles Rachel réussit sa vie : elle apparaît tous les jours à la télé, elle vit une super histoire d’amour et mène une vie confortable. Clara, à l’inverse, semble galérer un peu et paraît de plus en plus distante malgré les tentatives de Rachel pour renouer la même amitié qu’avant. Un soir, Clara est censée rejoindre Rachel à une soirée mais elle lui fait faux-bond. Quelques jours plus tard, alors que Rachel part à une conférence à propos d’une personne disparue, elle se retrouve brusquement confrontée à l’image de Clara : elle a disparu cette nuit-là. Rachel va alors essayer se servir de ses connaissances, contacts et souvenirs pour rassembler les pièces du puzzle et tenter de retrouver sa meilleure amie.

J’avoue que durant les cent premières pages, j’ai eu très peur du cliché de la nana qui apprend que sa soi-disant meilleure amie se tapait son copain, et tout le tatouin. Surtout que j’ai eu la sensation que Rachel n’avait pas toujours un discours cohérent dans sa lettre, qu’elle avait l’air d’avoir des oublis, alors je suis même allée jusqu’à me dire que si ça s’trouve, elle avait vu Clara et son copain ensemble et qu’elle avait décidé de la tuer ou je ne sais quoi. Bon, j’ai vu trop de feuilletons je crois. Au final, avec ce roman il vaut mieux ne s’attendre à rien, car de toute façon c’est impossible de tomber juste ! Je n’ai jamais lu une histoire pareille, tordue et malsaine, digne d’un Karine Giebel.

À la vie, à la mort, nous mène en bateau du début à la fin. Autant dire qu’en commençant le roman je ne m’attendais pas du tout à un dénouement pareil ! Certes, Colette McBeth a une plume captivante, elle sait nous dissimuler quelques indices par-ci par-là mais elle sait aussi très bien nous manipuler car malgré les indices je ne me suis jamais doutée que ça irait aussi loin.

Dans ce roman, nous assistons clairement à une relation malsaine, ça m’a sauté aux yeux dès le début. Rachel voue un véritable culte à Clara qui l’a accueilli quand elle a changé de lycée, j’ai eu la sensation qu’à ses yeux elles étaient de véritables âmes sœurs, pourtant on sent – alors qu’elle ne s’en rend même pas compte – qu’elle passe limite au second plan pour Clara, dans les souvenirs qu’elle nous partage. Elle est souvent violemment dénigrée par sa mère, du moins c’est ce qu’elle nous raconte, et l’apparition de Clara dans sa vie est comme une bouée de sauvetage, elle a l’impression d’être enfin une personne unique et à part. C’est une relation étouffante, exclusive, et on se rend rapidement compte que c’est cette relation qui provoque tout.

On éprouve souvent de la compassion pour Rachel car elle tient absolument à découvrir ce qui est arrivé à Clara alors que l’entourage de Clara – que celle-ci ne lui a jamais présenté – lui demande régulièrement comment elle peut autant s’accrocher à quelqu’un qui n’en avait clairement à rien faire d’elle. Les dernières semaines avant sa disparition, Rachel a beaucoup de fois essayé de contacter Clara, sans succès, et quand elle réussissait enfin à la joindre et à fixer à rendez-vous, celle-ci lui posait un lapin le jour même, tout comme le jour de sa disparition. Ça laisse énormément de mystère autour de leur amitié, on se demande pourquoi Rachel est la seule à la dépeindre comme une amitié parfaite alors que Clara a l’air de s’en fiche complètement, si quelque chose ne se cache pas derrière tout ça.

Effectivement, le récit oscillant entre présent (la recherche de Clara et l’enquête autour de sa disparition) et passé (les évènements importants qui ont eu lieu durant leur amitié pouvant avoir un lien avec sa disparition), on finit par comprendre que rien n’est vraiment comme on l’imaginait, le bien et le mal s’entremêle et on finit par découvrir un véritable côté psychopathe à l’un des personnages, voire même – si je me souviens bien de mes cours de psychologie – doublé d’un véritable pervers narcissique. Et moi qui craignait de lire un roman trop prévisible au début ! Finalement, je peux dire sans hésiter que ce roman est un coup de cœur qui me marquera un moment et qui m’a fait réfléchir à l’amitié, aux manipulations, à notre perception parfois erronée des souvenirs, etc. Je l’ai adoré !

À la vie à la mort

Ma note : ♥♥♥♥♥

Aimez-vous les thriller psychologiques ?
N’hésites pas à commenter, partager,
ou à cliquer sur le petit cœur en bas ♥

Belle journée, Sandy

You Might Also Like

6 Comments

  • Reply Cassandre 5 mai 2016 at 9 h 01 min

    Déçue pour ma part, je n’ai pas été très surprise par le roman et je suis restée trop en surface. Je n’arrivais pas à m’attacher aux personnages

    • Reply Sandy 5 mai 2016 at 9 h 23 min

      Oh zut, c’est vrai que les personnages ne sont pas très attachants, la plupart sont même assez agaçant / détestables, mais ça ne m’a pas gênée pour rentrer dans l’histoire 🙂

  • Reply La route des lecteurs 6 mai 2016 at 10 h 24 min

    Je ne connaissais pas du tout mais je dois dire qu’avec une chronique pareille, je le rajoute directement à ma wish-list ! 😮 Merci pour la découverte et la tentation ^^

    • Reply Sandy 7 mai 2016 at 8 h 26 min

      Super contente que ma chronique t’ait donné envie, tu me diras ce que t’en penses mais j’espère qu’il te plaira autant qu’à moi 😀

  • Reply Mathilde 31 octobre 2016 at 10 h 09 min

    J’ai été tout de suite dans ta catégorie de chronique de thriller et dis donc, c’est que tu me donnerais terriblement envie de lire celui-ci !! Je crois que si je lis toutes tes chroniques de cette catégorie je vais avoir une wish list longue comme mon bras tout entier. Je ne te remercie pas 😀

    • Reply Sandy 31 octobre 2016 at 20 h 54 min

      Alors là, je t’encourage vivement à craquer, sans vouloir jouer la vilaine tentatrice 😀 il est vraiment top!

    Leave a Reply