Dystopie Fantastique / Fantasy Young adult

Une braise sous la cendre de Sabaa Tahir

5 mars 2016


Auteur : Sabaa Tahir
Editions : Pocket Jeunesse
Année de sortie : 2015
Prix : 18,90€ – Acheter sur Amazon
Pages : 523
Lu du 26 février au 02 mars 2016

L'histoire

« Je vais te dire ce que je dis à chaque esclave qui arrive à Blackcliff : la résistance a tenté de pénétrer dans l’école un nombre incalculable de fois. Si tu travailles pour elle, si tu contactes ses membres, et même si tu y songes, je le saurai et je t’écraserai. »

Autrefois l’Empire était partagé entre les Erudits, cultivés, gardiens du savoir, et les Martiaux, armée redoutable, brutale, dévouée à l’empereur. Mais les soldats ont pris le dessus, et désormais quiconque est surpris en train de lire ou d’écrire s’expose aux pires châtiments. Dans ce monde sans merci, Laia, une esclave, et Elias, un soldat d’élite, vont tout tenter pour retrouver la liberté… et sauver ceux qu’ils aiment.

Quatrième de couverture.

Mon avis

L’histoire est centrée autour de deux personnages : Laia et Elias (mon dieu j’adore ces prénoms!). L’une est une érudite, subissant la tyrannie, l’autre est un Martial, subissant son héritage. Le récit est à la première personne mais les points de vue sont alternés à chaque chapitre, un coup Laia, un coup Elias.

La première partie est un peu longue, même si essentielle à l’histoire, car elle met celle-ci en place, même si ça ne m’a pas lassé pour autant j’avais hâte que ça passe à l’action car je sentais que ça me remuerait! L’auteur distillait déjà ça et là de petites scènes de violence ou les laissait deviner, mais je sentais que L’Empire, gouvernés par les Martiaux, pouvait être bien plus cruel. Et effectivement, quand on avance dans la première partie, on sent la violence monter peu à peu d’un cran, pourtant je l’ai trouvé faiblement décrite. J’avais mal pour les personnages mais pas tant que ça, pourtant quand ça concerne Laia on devrait directement partager sa douleur, mais c’est pas assez approfondi à mon goût…

La deuxième partie est vachement plus palpitante! Elias doit passer plusieurs épreuves et ça devient intéressant, même si c’est parfois un peu cliché ça me plait quand même. Elias doit donc passer plusieurs épreuves juste après son diplôme de Mask, avec trois autres jeunes diplômés en même temps que lui, dont une alliée et deux rivaux. Je ne dirais pas pourquoi ils doivent passer ces épreuves mais à la fin seuls deux doivent survivre et évidemment les deux rivaux ne sont pas très fair-play et parfois ça sent le coup monté, à mes yeux c’est limite cliché, mais en même temps ça reste captivant et c’est à partir de ce moment-là que mon intérêt pour Une braise sous la cendre a grimpé en flèche.

Ce que j’ai aimé dans Une braise sous la cendre c’est qu’il ne mâche pas ses mots, je veux dire par là qu’il n’occulte pas la violence même si j’ai parfois trouvé qu’il ne nous partageait pas assez les ressentis de nos deux personnages principaux. J’ai aimé que l’histoire se complexifie quand sont venus s’immiscer les sentiments des autres personnages, je ne veux pas trop en dévoiler pour ne pas gâcher le plaisir de ceux qui n’auraient pas lu ce livre, mais je dois aussi avouer que ça m’a quand même un peu dérangé.

Spoiler: tout simplement j’ai trouvé que le fait qu’Helene ait des sentiments pour Elias très peu surprenant, je l’avais limite prédit dès le début et je me doutais déjà que ce serait la pauvre amie qui souffre d’être dans la « friendzone ». Bon et puis il y a trop de sentiments partout… Pour Hélène, pour Laia, même pour Elias… Les seuls pour qui il n’y a pas de sentiments ce sont les méchants de l’histoire, pourtant eux aussi ont le droit d’être aimés, non? J’ai trouvé que c’était un peu cliché: les méchants personne les aime mais les gentils tout le monde est sous le charme. Je veux bien croire que c’est plus difficile d’aimer quelqu’un de cruel mais quand même… Je ne sais pas si vous voyez où je veux en venir..?

« Le champ de bataille est mon temple. La pointe de la lame est mon prêtre. La danse de la mort est ma prière. Le coup fatal est ma délivrance. » Mantra du grand père d’Elias.

Plus on avance dans la seconde partie et plus ça devient palpitant, à un point que j’ai rêvé de cette histoire durant plusieurs nuits (pour vous dire à quel niveau ça m’a perturbé), et si au début j’aimais bien sans pour autant trouver ça extraordinaire, j’ai fini par adorer. Des rebondissements inattendus comme j’aime, des évènements que je ne voulais pas voir arriver aux personnes sont survenus et ça, ça me plait vraiment parce que des fois c’est cool quand les choses ne se passent pas comme je voudrais qu’elles ne passent, c’est souvent là que l’histoire devient intéressante et palpitante!

Au final, mon intérêt pour Une braise sous la cendre a grandi au fil de ma lecture pour finir par me rendre complètement accro, à la fois à l’histoire en elle-même, car je suis vraiment restée sur ma fin dans le sens où j’étais frustrée de ne pas avoir la suite sous la main, et à la fois envers ses personnages, que j’ai tous trouvé géniaux, même la Commandante. D’ailleurs, j’espère vraiment, vraiment, que ce personnage sera un peu plus développé dans les tomes suivant car elle reste très mystérieuse pour le moment et j’ai très envie d’en apprendre plus sur ce qu’elle cache au fond d’elle et sur son passé. Je ne sais pas du tout pour quand la suite est prévue, le premier tome étant sorti quelques mois en arrière à peine j’ai peur de rester frustrée un petit moment ! Mais je ferais partie des premiers acheteurs, c’est sûr, car je sais que je passerai encore un super bon moment.

une braise sous la cendre

Ma note : 5/5

Que penses-tu d’Une braise sous la cendre ?
N’hésites pas à commenter, partager,
ou à cliquer sur le petit cœur en bas ♥

Bon weekend, Sandy

You Might Also Like

6 Comments

  • Reply La route des lecteurs 5 mars 2016 at 17 h 48 min

    Je l’ai en ebook ! Je suis intriguée et en même temps, j’ai peur. La fantasy est un genre qui a tendance à passer ou à casser avec moi, en plus …

    • Reply Sandy 6 mars 2016 at 8 h 44 min

      Si ça peut te rassurer je trouve que la fantasy n’est pas si présente que ça, elle l’est mais en arrière plan, mais bon après c’est subjectif peut-être que tu ressentiras pas la même chose ^^

  • Reply Mathilde 20 mars 2016 at 10 h 59 min

    C’est ma lecture préféré de 2016 pour le moment 😉

  • Reply we are one 16 juillet 2017 at 22 h 28 min

    Un de mes coups de coeur !!!

    • Reply Sandy 23 juillet 2017 at 14 h 35 min

      Je comprends tellement !! 🙂

    Leave a Reply