Classique Fantastique / Fantasy

Dracula

12 juin 2016
AUTEUR : BRAM STOKER

Editions : Le Livre de Poche
Année de sortie : 1897

Poche : 5,90€

Pages : 595
Lu du 1er au 5 juin 2016

Site de la maison d’édition
Acheter ce livre sur Amazon

L'histoire

Jonathan Harker, jeune notaire, est envoyé en Transylvanie pour rencontrer un client, le comte Dracula, nouveau propriétaire d’un domaine à Londres. À son arrivée, il découvre un pays mystérieux et menaçant, où les habitants se signent au nom de Dracula. Malgré la bienveillance de son hôte, le jeune clerc ne peut qu’éprouver une angoisse grandissante. Très vite, il se rend à la terrifiante évidence : il est prisonnier d’un homme qui n’est pas un homme. Et qui partira bientôt hanter les nuits de Londres…

Mon avis

◊ Comme sans doute beaucoup d’entre vous, je connais la légende de Dracula, c’est une référence dans les films et dans les livres, un peu comme si ce comte avait réellement existé ! En revanche, je ne connaissais pas du tout son histoire, alors quand Pauline me l’a offert lors d’un swap, j’ai été super contente. J’avoue que j’avais un petit peu peur de démarrer sa lecture, car étant un classique, je redoutais énoooormément les longues descriptions ennuyeuses. C’était un préjugé stupide! En effet au début j’ai trouvé les descriptions des lieux un peu assommantes, mais l’auteur a vraiment eu le souci du détail afin de nous immerger dans le lieu où habite le comte Dracula et ça rend quand même l’histoire vachement angoissante. Passé ce moment, j’ai été absolument captivée par le récit !

◊ Au début nous suivons un jeune notaire, Jonathan Harker, qui doit rencontrer le comte Dracula en Transylvanie car celui-ci souhaite acheter une propriété près de Londres. Rapidement, il trouve qu’il se passe des choses étranges, que le compte lui-même est étrange et petit à petit il finit par découvrir la vérité, en même temps qu’il se découvre prisonnier du comte. Celui-ci part pour Londres en le laissant aux mains de ses trois « filles ». Peu après, sa fiancée et une amie, Lucie, partent quelques jours à Whitby et il finit par rapidement arriver de choses étranges à cette dernière… Cela cesse brusquement et les deux amies repartent chacune chez elles, à Londres, mais rapidement Lucie subit de nouveau une étrange maladie : elle parait de plus en plus pâle et faible sans que ses amis ne comprennent pourquoi. Ils finissent par faire le lien entre ce qui est arrivé à Jonathan et ce qui arrive maintenant à Lucie et c’est à la fois une course contre la montre et un combat contre l’inconnu qui s’engagent.

◊ Comme je le disais un peu plus haut, j’ai eu un peu de mal au début – de toute façon j’ai remarqué que les premiers chapitres ne captaient que rarement mon attention – car les descriptions étaient parfois longues et lourdes, mais j’ai senti que l’auteur tenait vraiment à cœur qu’une ambiance un peu sombre s’installe dans l’esprit de ses lecteurs. Je sentais parfois de petites montées angoisses, et franchement j’en ai été la première surprise car je ne suis pas particulièrement trouillarde ! À savoir : c’est un roman épistolaire composé soit de lettres échangées entre les personnages, soit d’extraits de journaux intimes tenus par eux, nous avons donc plusieurs points de vue.

Dracula n’est pas le premier roman à traiter des vampires mais il est sans doute l’un des plus célèbres. Même si nous ne partageons pas une seule fois son point de vue, on a une idée de sa personnalité grâce aux autres personnages qui l’analysent pour mieux le traquer : Dracula n’a plus rien d’un humain, c’est un « non-mort » rejeté par Dieu qui ne sait plus éprouver de sentiments positifs et ne connait plus le bien. Tout ce qu’il souhaite c’est boire du sang et transformer d’autres humains afin d’avoir sa petite armée. Il ne craint pas la lumière du jour, il est simplement plus vulnérable car il ne peut pas user de ses pouvoirs, il peut se transformer en différents animaux – pas seulement en chauvesouris – et les contrôler, il peut commander les éléments comme le vent et le brouillard, il a un étrange et hypnotique pouvoir de persuasion… Bref j’ai découvert plusieurs facettes chez lui qui changeaient des romans que l’on lit aujourd’hui dans les romans vampiriques. Impossible pour Dracula de sauver son âme, il n’a rien de bon.

◊ Les personnages principaux font rapidement intervenir un autre personnage qui sera indispensable à l’histoire : le professeur Van Helsing. J’ai tout de suite tiqué quand j’ai vu ce nom, car je me souviens justement avoir vu dans un film un personnage du même nom, joué par l’acteur Hugh Jackman, et qui justement chasse Dracula, du coup j’ai compris la référence du film quoi haha – je ne passe pas trop pour une inculte j’espère ? Ce professeur est donc un peu particulier, mais la particularité de Dracula est abordée loin, très loin dans le récit. Il me semble que Van Helsing commence à parler de l’attaque d’un vampire seulement vers la moitié du roman. Jusque-là, il fait énormément de mystère, même si j’ai très rapidement compris qu’il connaissait le mal qu’il devait combattre. Lucie est « malade » et lui apporte des crucifix, de l’ail, un pieu en bois, pour la soigner… Bref je pense que pour les lecteurs d’aujourd’hui, on comprend très vite, mais sans doute que pour les lecteurs à l’époque le mystère restait entier !

◊ Malgré tout, même si j’ai très vite compris quelle créature était Dracula, j’ai suivi la chasse de nos personnages avec avidité : leurs observations, leurs découvertes, leurs apprentissages, la traque, etc. Si au début les pages défilaient avec lenteur (j’avais l’impression que je ne le finirai jamais), après j’enchainais les chapitres les uns derrière les autres car j’étais captivée par le récit. Des rebondissements ainsi que la ruse de Dracula viennent sans cesse contrecarrer les plans de nos amis et ceux-ci doivent redoubler d’ingéniosité pour réussir à le débusquer. Par contre, par moment j’étais un peu lassée par tant de répétitions. L’auteur aurait peut-être pu mettre moins de rebondissements, plutôt que de répéter plusieurs fois les mêmes situations, ça aurait varié encore un peu plus le récit, car j’étais presque tentée de passer complètement certains passages en me disant : « Bon, de toute façon tel personnage a déjà vécu la même chose à tel moment ». Parfois je m’énervais presque sur les personnages, je ne veux pas expliquer pourquoi pour ne pas spoiler mais j’espère que ceux l’ayant lu comprendront haha (genre « Non mais attends il s’est passé la même chose quelques semaines en arrière et toi t’es encore là à te douter de rien ?! »).

Les personnages :
Malgré le nombre de personnages principaux qui m’a fait un peu peur, au fur et à mesure où je les découvrais (ils sont au nombre de neuf), j’ai fini par m’y retrouver et par m’attacher à tous. Je les ai trouvés super adorables, j’ai vraiment eu envie qu’ils réussissent à vaincre Dracula, et j’étais un peu triste de les quitter à la fin. Mais je regrette quand même qu’ils aient été trop « lisses », trop parfaits, j’avais eu le même problème avec L’Île Mystérieuse de Jules Verne. Ils ne se disputent jamais ou alors ça ne dure que quelques secondes et s’excusent ensuite très rapidement, ils sont très – trop – polis, ils s’aiment (amicalement) et se font une confiance aveugle alors qu’ils se connaissent depuis cinq minutes seulement, etc. À notre époque, nous avons nos personnages clichés qui font parfois fuir les lecteurs, eh bien je crois que là j’ai eu affaire aux personnages clichés de l’époque de l’auteur haha.

√ Bref, je vous recommande vivement Dracula qui m’a fait passer un super moment de lecture, je suis vraiment contente d’avoir enfin découvert ce grand classique de la littérature fantastique !

dracula

√ LES PLUS
  • une ambiance sombre et angoissante
  • le côté épistolaire
  • l’analyse de Dracula
  • la traque captivante du comte
  • l’amitié sincère entre les personnages
× LES MOINS
  • une intrigue qui se répète
  • des personnages trop lisses

Ma note : 5/5

Avez-vous déjà lu ce grand classique de la littérature fantastique ?
Aimez-vous les histoires de vampire ?
N’hésites pas à commenter, partager,
ou à cliquer sur le petit cœur en bas ♥

Bon dimanche, Sandy

You Might Also Like

14 Comments

  • Reply Chris 12 juin 2016 at 12 h 52 min

    Coucou !
    Belle chronique déjà, mais tu ne me forceras pas à lire ça 😀
    Tu sais, c’est quand même bien que tu en parles, je regarde en ce moment la saison 3 de Penny Dreadful, et dans cette saison 3, toujours en cours, l’ennemi de l’héroïne est justement Dracula ^^. On a son personnage, un peu de son histoire, et c’est super. Un autre série TV traite en partie de lui: The Strain.
    C’est vrai que c’est quelqu’un dont on entend beaucoup parler au sein des livres, séries et film, un être de l’imaginaire collectif qui devient quasiment réel ^^, un peu comme Sherlock Holmes 🙂
    Bisous !! :p

    • Reply Sandy 12 juin 2016 at 14 h 46 min

      Pourquoi tu ne veux pas lire ce roman? C’est dommage ^^
      Oui dans les séries et films sur les vampires on voit très souvent des références à ce livre, maintenant que je l’ai lu je m’en rends compte héhé

      Bisous :-*

  • Reply La route des lecteurs 12 juin 2016 at 14 h 05 min

    Je n’ai pas lu ce classique mais vu ta chronique, il serait peut-être intéressant d’y remédier. Toutefois, j’espère ne pas être déçue par les longueurs.

    • Reply Sandy 12 juin 2016 at 14 h 47 min

      Franchement ça a été, hormis les petites répétitions dont j’ai parlé mais ça ne prend pas beaucoup de places dans le récit (j’ai trouvé) ^^

      Bon dimanche!

  • Reply Mina 12 juin 2016 at 14 h 54 min

    Grand classique ! Pas forcément facile d’accès de part sa construction mais il vaut vraiment le détour. Je suis contente que tu aies apprécié, j’ai eu un peu peur au début de ta chronique (^-^)

    • Reply Sandy 12 juin 2016 at 15 h 47 min

      Haha oui durant les premières pages je me suis dit que j’allais pas trop aimer le style et que ça gâcherait ma lecture, mais finalement ça a été de mieux en mieux ^_^

  • Reply chroniques-de-papiers 29 juin 2016 at 9 h 27 min

    Belle chronique que voilà 🙂 Tu as apprécié le style épistolaire. Je te conseille l’adaptation cinématographique signée Coppola, qui est la plus proche du roman de Stoker. Et sinon sa « suite » : Dracula l’Immortel, écrit par l’arrière petit-neveu du barbu Irlandais !

    • Reply Sandy 29 juin 2016 at 11 h 17 min

      Je pensais l’avoir sur Netflix mais en fait non, du coup je la louerai sûrement ça doit pas coûter bien cher ^^ Merci pour le conseil. Oui j’avais un extrait de Dracula l’Immortel à la fin de mon roman mais bizarrement ça ne m’a pas fait envie plus que ça… Peut-être un jour!

  • Reply Mademoiselle C. 19 novembre 2016 at 12 h 33 min

    Ah Dracula, quand on l’a lu avant de connaitre films, séries et autres adaptations, on se met à devenir très exigeant. Et j’avoue que concernant les histoires de vampire, à part Carmilla de Sheridan Le Fanu, La Morte Amoureuse de Théophile Gauthier ou éventuellement Entretiens avec un Vampire d’Anne Rice, rien ne trouve grâce à mes yeux !
    Et même si aujourd’hui, les descriptions nous semblent longues car nous sommes habitués à l’action, Stoker nous imprègne d’une ambiance particulière. Dès le début, Dracula n’est qu’une légende qui fait peur aux villageois, une rumeur, une superstition et il reste effrayant tout au long du roman parce qu’on ne le voit jamais mais qu’il est seulement abordé par les échanges épistolaires. Il est une ombre insaisissable, et vouloir pourquoi Stoker pèse dans la légende de Dracula. C’est un chef d’oeuvre et je suis désolé, mais quand on aime le livre, on ne peut pas apprécier le film de Coppola, qui en fait des tonnes et dénature complètement le rapport Mina/Dracula avec une romance à deux balles ! –‘ Enfin ce n’est que mon avis ! 😀

    Bon voilà je m’arrête là xD en tout cas chouette article 🙂

    • Reply Sandy 19 novembre 2016 at 16 h 33 min

      Merci pour ton commentaire super intéressant qui complète bien ma chronique! Je n’avais pas vraiment tiqué sur la présence invisible et pourtant si pesante de Dracula dans le récit, c’est vrai qu’au final on le voit très peu et c’est sans aucun doute ça qui rend l’intrigue effrayante! Pour ce qui est des films sur Dracula, je crois que je n’en ai vu aucun encore, hormis le récent sur Van Helsing, et un autre que j’avais bien aimé (dont j’ai oublié le titre) qui est plus une « inspiration » qu’une réelle adaptation. Je me souviens avoir vu une partie d’Entretien avec un Vampire, il me semble qu’il est long et du coup je m’étais endormie devant lol.
      C’est vrai que ça m’agace pas mal quand je lis un roman qui n’a pas de romance particulière ou très discrète et qu’ensuite je vois que dans le film ils en font une tonne (là cette année j’ai en exemple La 5ème vague, où ils en ont fait des tonnes sur certains détails sans doute pour attirer un peu plus de monde et ça m’a fait lever les yeux au ciel… même si j’ai tout de même apprécié le film)

  • Reply Mademoiselle C. 19 novembre 2016 at 18 h 39 min

    C’est ça qui est super avec les blogs, on peut échanger sa vision des choses et compléter son analyse, j’adore ! 😀
    Et je suis entièrement d’accord avec toi, quand il n’y a pas de romance, pourquoi en ajouter ? Ce n’est pas indispensable pour faire une bonne histoire !
    Mais j’avoue que Van Helsing j’avais bien aimé… mais c’était il y a si longtemps que je ne sais pas si j’aurai le même avis aujourd’hui !
    Je n’ai pas vu ni lu la 5eme vague, je ne sais pas de quoi ça parle; j’ai été intriguée parce que j’aime beaucoup Chloe Moretz et qu’elle joue dedans mais si c’est du Young Adult, j’avoue que j’ai beaucoup de mal avec ce genre :/
    J’ai du mal à me replonger dans la période ado et peut être que je n’ai pas lu les bons livres… mais comme j’ai un parcours littéraire, ben je suis un peu exigeante et souvent axée classique ! >< Mais je me soigne ! 😛
    Et échanger avec les gens sur les blogs ou autour du Cold Winter Challenge ça aide ! 😀

    • Reply Sandy 20 novembre 2016 at 16 h 17 min

      La 5ème vague n’est pas tellement jeunesse, bon c’est sûr que tu ne trouveras pas un texte travaillé comme tu as dans les livres plus adultes et les classiques, mais c’est pas une torture huhu. Après moi je ne suis pas énormément exigeante là-dessus, donc je ne pense pas que mon avis doive être une référence pour toi :p C’est surtout le film qui a transformé ça en truc pour ado, avec le mec hyper bien foutu torse nu histoire de faire baver les ados… (la nudité n’est pas du tout quelque chose qui me dérange, au contraire je trouve ça très beau quand c’est mis en valeur de manière artistique, mais quand c’est objectivé ça m’insupporte) (bref c’est un autre débat ^^)

  • Reply Mademoiselle C. 20 novembre 2016 at 17 h 03 min

    Les codes du cinema sont malheureusement toujours les mêmes, ils veulent attirer tellement de monde… Alors ils savent comment s’y prendre et mettent des mecs musclés torse nu partout ><
    Je n'ai pas toujours été aussi "exigeante" -pour ne pas dire chiante X)- avec la littérature contemporaine, mais j'ai été tellement déçue que j'ai finis par me dire qu'avec des classiques je ne prenais aucun risque. J'ai le souvenir de m'être rendue à un salon littéraire, je me suis laissée tenter par un roman fantastique en discutant avec l'auteur et ma lecture a été un cauchemar ! J'ai trouvé ça mauvais, bâclé et j'étais dégoutée d'avoir gâché mon argent de poche pour ça xD
    De toute façon j'ai des gouts spéciaux donc bon, je n'aime rien comme tout le monde xD

    • Reply Sandy 21 novembre 2016 at 8 h 52 min

      Oh bah zut! Si je peux me permettre c’était quel roman?
      Bon du coup tu dois avoir une sacrée culture du classique 😀 Dans mon commentaire sur l’autre article, je t’ai demandé si tu aimais le contemporain, mais je pensais à des romans comme euh… L’Héritage de Katherine Webb par exemple (je l’ai chroniqué si tu vois pas du tout ce que c’est). Le genre de roman récent qu’on sait pas trop dans quel catégorie le mettre, alors on le met dans la catégorie « fourre-tout » lol

    Leave a Reply