Témoignage Voyage

Into the wild

3 janvier 2018
into the wild

.

AUTEUR : JON KRAKAUER

Editions : 10/18
Année de sortie : 1997

Broché : 19€
Poche : 7,50€

Pages : 281

Site de la maison d’édition
Acheter ce livre sur Amazon

L'histoire

Il avait renoncé au rêve américain. Pour vivre une aventure extrême. En 1992, le cadavre d’un jeune homme est découvert dans un bus abandonné en Alaska, au pied du mont Mckinley, loin de tout lieu habité. Fils de bonne famille, Chris McCandless aurait dû en toute logique devenir un américain bien tranquille à l’avenir sans surprise. Mais, dès l’obtention de son diplôme universitaire, il décide de partir à l’aventure. Après avoir fait don de ses économies à une œuvre humanitaire, il entame son périple sous un nom d’emprunt avec sa vieille voiture, qu’il abandonnera un peu plus tard. Il sillonne le sud des Etats-Unis, subsistant grâce à de menus travaux, avant de réaliser son grand projet: s’installer au cœur de l’Alaska, seul, en communion avec la nature. Mais on ne s’improvise pas trappeur, ni homme des bois… Ce parcours dramatique d’un jeune homme qui a voulu vivre jusqu’au bout son impossible idéal est retracé par Jon Krakauer, l’auteur du best-seller tragédie à l’Everest. Livre-culte dans le monde entier, Into the Wild a d’emblée fasciné Sean Penn, qui en a réalisé une adaptation cinématographique applaudie par la critique américaine.

Mon avis

∴ Après avoir refermé Into the wild : l’histoire de mon frère de Carine McCandless, j’ai eu très envie de relire Into the wild de Jon Krakauer. Sa lecture remonte à plusieurs années (6 ans pour être exacte) et je ne m’en souvenais plus trop, c’était donc le moment idéal et j’ai pu l’ajouter sur un coup de tête à ma pile à lire Cold Winter Challenge (c’est là que je me dis que j’ai bien fait de ne mettre que trois livres dedans). Au final, je me rends compte que je me souvenais surtout du film et, pour une fois, je préfère d’ailleurs ce dernier au livre. Mais ça reste une très bonne lecture tout de même !

◊ J’ai envie de commencer par les points négatifs : j’avoue avoir eu un peu de mal avec le style de Jon Krakauer. Malgré de très jolies descriptions de paysage, j’ai eu du mal à me laisser emporter par sa plume, et j’ai parfois trouvé qu’il digressait beaucoup trop. Notamment lorsqu’il raconte quelques cas similaires à celui de Christopher McCandless (dont une anecdote de l’auteur lui-même) : c’était intéressant, mais je n’aurais pas été contre enlever quelques paragraphes « inutiles ». Ces moments nous coupent un peu trop de Christopher et de son périple.

◊ J’ai trouvé le travail de recherche de l’auteur incroyable, il a réussi à tracer l’itinéraire et les rencontres de Christopher de manière assez précise, encore mieux que le détective privé engagé à l’époque où il était encore vivant par Walt et Billie, ses parents. Par contre, j’aurais aimé une version un peu plus « romancé » où on partage les sentiments de Christopher à la première personne ou à la manière d’un journal intime, ou encore via le point de vue d’une personne omnisciente, un peu comme dans le film finalement, quitte à préciser que ce ne sont que des suppositions ! La manière dont c’est raconté ici est presque un peu froide, beaucoup trop distante et m’a parfois empêché de partager les émotions de Christopher. Alors qu’à l’inverse, le film – que j’ai revu tout récemment – me fend le cœur. De plus, les relations humaines qu’a entretenu Chris durant son périple, même si elles ont été courtes (de quelques jours à quelques semaines), semblent avoir été fortes puisqu’il écrit à la plupart des personnes qu’il a rencontré jusqu’à sa mort, parfois deux ans après ces rencontres. Et encore une fois on le ressent très peu, ce qui est vraiment dommage… Je me répète : le récit est selon moi un peu trop froid, le ton est un peu trop journalistique (même si ça se tient puisque Jon Krakauer est journaliste). D’un autre côté, je comprends tout à fait que l’auteur n’ait pas voulu parler au nom de Christopher, ça n’aurait pas été lui rendre hommage. Il s’agit simplement d’un ressenti personnel.

◊ Hormis cette petite frustration, l’histoire de Chris m’a tout de même touché. Ses réflexions et sa façon de penser ont fait écho en moi, même si je suis loin d’être aussi extrême que lui. Même si je ne rechigne pas à passer quelques jours en ville et que j’adore admirer les architectures des vieilles villes et des vieux villages, je me sens vite étouffer dans cet environnement et je me sens beaucoup mieux à la campagne. Même si je n’ai rien expérimenté de la vie sauvage et que je reconnais que j’aurais sans doute beaucoup de mal à quitter mon petit confort pour quelques jours, j’aime les grandes balades dans la nature, la photographier, et l’admirer. J’apprécie le contact humain tout comme lui, mais j’ai souvent besoin de me retrouver seule et au calme – par exemple les fêtes de fin d’année me ravissent car c’est un moment de partage et de joie mais j’en ressors très fatiguée et avec un grand besoin de m’isoler quelques jours. Bref, à une époque où tout nous étouffe, on a parfois très envie de se ressourcer dans la nature. Si j’en avais le courage et suffisamment l’envie, je crois que j’irais moi aussi m’isoler dans un coin de la nature pour vivre au jour le jour.

◊ Malgré cette lecture un peu froide, elle reste très forte et inspirante et, comme tout bon roman, nous donne envie de nous remettre en question sur notre mode de vie ou, même sans ça, simplement nous ouvrir les yeux sur certains aspects de la société – à chacun de voir si cela lui convient ou non. Christopher est allé beaucoup trop loin dans sa quête de la « véritable nature » et son isolement social, mais on sent qu’il avait besoin d’être aussi extrême pour se guérir (et on comprend encore mieux en lisant le roman de sa sœur, dont j’ai écrit la chronique dans mon précédent article). Je ne peux pas m’empêcher d’être touchée en regardant les photos qu’ils ont retrouvé dans son appareil et qui ont été publiées sur internet : à la fin il savait comment ça allait se finir et pourtant il était heureux. Il a suivi ses idéaux jusqu’au bout et peu importe qu’on les partage ou non, on ne peut qu’être admiratif.

Je mentirai si je disais que ce roman ne m’a pas donné envie de voyage, voire même carrément envie d’aller en Alaska ! J’aime le froid, la neige, la montagne et la nature, donc je pense que je prendrai beaucoup de plaisir à aller là-bas.

J’ai refermé ce roman avec beaucoup de tristesse et de joie. J’aurais aimé que Christopher soit toujours en vie afin qu’il nous partage son ressenti et son expérience, et tout simplement pour que cette histoire se finisse bien. Pour conclure, c’est une très belle lecture idéale pour cette saison et surtout pour le Cold Winter Challenge ! J’ai vraiment aimé redécouvrir ce témoignage.

into the wild

les plus

  • une histoire très touchante
  • des réflexions qui font écho au lecteur, même 25 ans après la mort de Chris
  • une lecture forte et inspirante
  • un roman invitant à la réflexion
  • un travail de recherche incroyable par l’auteur

les moins

  • un récit trop froid et distant
  • trop de digressions

Ma note : 4,5/5

Connaissez-vous l’histoire de Christopher McCandless ?
Avez-vous déjà lu le livre ou vu le film ?
Qu’en avez-vous pensé ?

Bon mercredi ♥
Sandy

You Might Also Like

4 Comments

  • Reply Julie Lou 4 janvier 2018 at 9 h 28 min

    Hello ♡
    Je suis ravie de lire un avis aussi complet sur Into the wild, livre que de mon côté, j’ai adoré même si ce n’est pas un coup de cœur non plus et long-métrage si important à mes yeux. Comme tu le précises parfaitement, la lecture est froide mais permet une remise en question sur la propre histoire de chaque lecteur que c’est ce que j’ai aimé ressentir entre le bonheur de découvrir l’épanouissement et les valeurs d’une personne comme Christopher McCandless et la peine de cette fin si bouleversante et d’un départ brusque.

    Je découvre à peine ton blog avec cet article mais il me donne envie de rester et de revenir alors merci à toi pour ces beaux instants de découverte. A très vite.

    • Reply Sandy 4 janvier 2018 at 10 h 21 min

      C’est assez bizarre de se dire que lui est parti apparemment heureux alors que nous sommes si tristes en lisant son histoire 🙂 Je crois que ce n’est pas ce qu’il aurait voulu mais je ne peux pas m’en empêcher !

      Merci pour ton passage sur mon blog et ton commentaire 🙂

  • Reply Dreamingwithboooks 4 janvier 2018 at 19 h 22 min

    Je n’ai jamais lu ce livre mais j’en ai beaucoup entendu parler. Je ne sais pas si je le lierais un jour parce que les histoires qui finissent mal (surtout lorsqu’on sait que ce sont des histoires vraies) brisent mon petit coeur … Mais je ne doute pas qu’il s’agit d’une belle histoire pleine d’émotion. Dommage que l’écriture manque parfois de chaleur, de ressentis … En tout cas tu en parle vraiment bien 😉

    • Reply Sandy 5 janvier 2018 at 17 h 09 min

      Je comprends tout à fait mais si tu en as l’occasion, je t’encourage à essayer quand même, ou au moins voir le film (même si je trouve le film beaucoup plus crève cœur que le livre) ^^

    Leave a Reply