Contemporain

Le coeur cousu de Carole Martinez

27 février 2016


Auteur : Carole Martinez
Editions : Folio
Année de sortie : 2007
Prix : 9,20€ – Acheter sur Amazon
Pages : 440
Lu du 17 au 20 février 2016

L'histoire

Dans un village du sud de l’Espagne, une lignée de femmes se transmet depuis la nuit des temps une boîte mystérieuse… Frasquita y découvre des fils et des aiguilles et s’initie à la couture. Elle sublime les chiffons, coud les êtres ensembles, reprise les hommes effilochés. Mais ce talent lui donne vite une réputation de magicienne, ou de sorcière. Jouée et perdue par son mari lors d’un combat de coqs, elle est condamnée à l’errance à travers une Andalousie que les révoltes paysannes mettent à feu et à sang. Elle traîne avec elle sa caravane d’enfants, eux aussi pourvus – ou accablés – de dons surnaturels.

Carole Martinez construit son roman en forme de conte : les scènes, cruelles ou cocasses, témoignent du bonheur d’imaginer. Le merveilleux ici n’est jamais forcé : il s’inscrit naturellement dans le cycle de la vie.

Quatrième de couverture.

Mon avis

J’ai eu ce livre grâce à la box Le haut de la pile, qui malheureusement a déjà cessé ses activités, et même si j’ai fait confiance à Laurane sur ses choix – jusque-là j’avais été agréablement surprise ! – j’avoue que j’appréhendais car je ne lis pas beaucoup de contemporain. Je crois qu’elle a compris que j’avais une fascination pour la magie et le surnaturelle car l’ambiance se rapproche des deux autres livres reçus.

Mon dieu, qu’est-c’que j’ai aimé ce roman.

J’ai toute suite été transportée par l’écriture poétique de l’auteur. Je ne sais pas si elle écrit ainsi dans tous ses romans – j’ai d’ailleurs l’intention de le découvrir en en lisant d’autres – mais c’était beau, beau, beau. Les évènements sont racontés simplement, un peu comme un conte. On a peu de dialogue, c’est beaucoup de récit mais ce n’est jamais lassant, jamais long, et j’ai remarqué au fil de ma lecture que l’auteur n’avait pas besoin de nous décrire clairement les émotions pour que l’on ressente ce que vit Frasquita et ses enfants.

Le silence de la nuit s’est posé sur ma page.
Du silence et rien d’autre.
J’entends, dans le désert de ma vie, battre mon coeur ensablé.

L’histoire de Frasquita est racontée par sa dernière fille, Soledad, qu’elle connaît au travers de la plus grande de ses sœurs, Anita, et c’est le récit de toute sa vie qu’elle nous partage ici, de son adolescence, où elle a commencé à être une femme, jusqu’après sa mort, où ses enfants ont continué à vivre sans elle. Le récit commence vraiment au moment où sa mère lui lègue une « boîte » après un rite d’initiation un peu étrange où elle apprend toutes sortes de sortilèges, puis elle doit laisser reposer cette boîte pendant neuf mois, si elle l’ouvre avant elle tout ce qu’elle aura appris s’envolera et l’héritage sera perdu. Elle attend donc et le moment venu, lorsqu’elle l’ouvre, elle découvre à l’intérieur tout un atelier de couture. Dès lors, elle se découvre un vrai don pour ça, au début on la considère simplement comme très douée, mais lorsqu’elle réussit à faire battre le cœur de la vierge Marie, la rumeur circule peu à peu dans son village qu’elle serait une sorcière… Dès lors, elle devient peu à peu la « risée » du village, les villageois se méfient d’elles, colportent rapidement des ragots à son sujet, sauf quand bien sûr ils ont besoin d’elle.

Je crois que je me suis attachée à chaque personnage, même ceux qui n’ont fait qu’un bout de chemin avec Frasquita, tant ils étaient tous complexes, profonds et bien travaillés, même les plus « mauvais » avaient de bons côtés et même les bons avaient des faiblesses. Pourtant Carole Martinez ne fait pas vraiment de descriptions physiques de ses personnages mais ils ont tellement de personnalité que j’ai réussi à tous me les représenter clairement. Mais la plus belle et la plus pure reste celle pour qui l’histoire est racontée : Frasquita. Elle apprend à ses dépens que le monde n’est pas forcément beau, elle est un peu ballotée par la vie, même lorsqu’elle décide de prendre son destin en main et de s’en aller. Vous l’aurez compris, son don et sa pureté attise / attire la jalousie et la malveillance.

Je dois avouer que cette chronique est un peu frustrante pour moi car je n’arrive pas à trouver les mots. Pourtant je vous jure que j’ai adoré ce roman. J’avais demandé un roman français qui me fasse voyager à Laurane, tout en ayant peur que ça ne me plaise pas car les descriptions peuvent très vite me lasser, mais je voulais sortir un peu de ma zone de confort. Le cœur cousu est en fait un voyage de la vie, avec de la poésie, j’ai parfois eu l’impression qu’il y avait un message derrière tout ça, une morale, mais je n’ai pas su trouver précisément laquelle, si ce n’est peut-être que la plupart des Hommes aiment à faner une fleur à la beauté intérieur pure.

Frasquita comprit ce jour-là que sa virtuosité ne pouvait lui servir de parure et les roses piquées sur son corsage se fanèrent une à une. La ligne de sa robe en fut affreusement affectée. […] « Voyez ! La mariée a l’air d’une fleur fanée ! » hurla un enfant. L’assemblée se tourna vers cette mariée qu’on s’était empressé d’oublier au centre de la fête et un rire énorme, un rire splendide, puissant et collectif, un rire comme le village n’en avait jamais connu jusque-là, vint s’abattre sur le corps de ma mère.

Je me répète mais c’est beau, c’est touchant, comme vous le voyez dans cette citation l’auteur ne nous partage pas directement la profonde tristesse de Frasquita mais elle nous le fait savoir par la magie qui entoure celle-ci, c’est une métaphore. Et c’est ainsi dans tout le roman.

Bref, j’ai la sensation de me répéter et de tourner en rond dans cette chronique, mais je vous en conjure : lisez cette merveille ! Monsieur Marley est d’accord avec moi ♥

le coeur cousu

Ma note : ♥♥♥♥♥

Est-c’que toi aussi tu as déjà eu des appréhensions sur un livre
qui s’est finalement révélé être un véritable coup de cœur ?
Si oui, lequel ?
N’hésites pas à commenter, partager,
ou à cliquer sur le petit cœur en bas ♥

Bon weekend, Sandy

You Might Also Like

3 Comments

  • Reply cassie 27 février 2016 at 9 h 13 min

    j’avais beaucoup aimé ce livre également 😉

  • Reply Aline 6 mars 2016 at 21 h 10 min

    Oh c’est chouette que ça t’ait plu ! Je l’avais tellement aimé ce bouquin <3
    De la même autrice j'ai aussi beaucoup aimé "Du Domaine des Murmures" (https://www.goodreads.com/book/show/12349818-du-domaine-des-murmures): même si le sujet est très inhabituel et surprend au départ, j'ai trouvé ça vraiment très bien. Et la plume de Carole Martinez est si belle !

    • Reply Sandy 7 mars 2016 at 7 h 16 min

      Tous ces livres font partis de ma wishlist maintenant, mais le Domaine des Murmures fera sûrement parti de mes premiers prochains achats de cet auteur 🙂 J’ai hâte de lire un autre de ces romans ! Merci pour ton commentaire, bonne semaine ^^

    Leave a Reply