Littérature du terroir

L’Orange de Noël

28 mai 2017
l'orange de noel
AUTEUR : MICHEL PEYRAMAURE

Editions : Pocket
Année de sortie : 1982

Broché : 19,50€
Poche : 6€

Pages : 298
Lu du 21 avril au 27 mai 2017

Site de la maison d’édition
Acheter ce livre sur Amazon

L'histoire

À la fin de l’Eté 1913, Cécile Brunie, toute jeune institutrice, arrive à Saint-Roch pour y prendre possession de son poste. Dans ce petit village de la basse Corrèze où le curé fait seule la loi et où prospère une école catholique, elle est accueillie comme le diable en personne. Nul doute que, comme ses prédécesseurs, elle ne puisse tenir que quelques mois devant le redoutable abbé Brissaud qui, chaque dimanche, tonne contre l’école sans Dieu et ses suppôts. Mais Cécile fait front, résiste aux injures, aux provocations, aux calomnies et, peu à peu, gagne la confiance du village et voit se peupler son école.
Au terme d’une année terrible, sa victoire aura le visage heureux de la petite Malvina Delpeuch, que chacun considérait comme une demeurée et qu’elle aura réussi à conduire jusqu’au certificat d’études.

Mon avis

∴ Ce qui est extraordinaire quand on se balade toujours un livre à la main, c’est que les gens autour de vous et à qui vous avez affaire quotidiennement – collègues, amis, familles – viennent parfois spontanément vous prêter des livres qu’ils ont aimé. C’est ce qui m’est arrivé au boulot et je suis touchée par ce genre de petite attention ! Je ne connaissais pas du tout L’Orange de Noël et il ne me semble pas en avoir entendu parler, et même si ce roman ne m’a pas fait vivre un moment de folie il a été agréable à lire.

◊ J’ai mis du temps à lire ce roman, un peu plus d’un mois, mais j’avoue que j’ai mis du temps avant de rentrer dedans. Ce livre appartient depuis longtemps à ma collègue et il a du vécu : j’avais beau faire extrêmement attention, tout le long de ma lecture j’ai dû lutter pour que les pages ne se détachent pas car elles partaient toutes à moitié, et c’était pire au début où là elles ne tenaient carrément plus. Moi qui prends très soin de mes livres – je fais toujours attention à ne pas plier le dos – et qui accorde toujours une attention particulière aux objets qu’on me prête, j’étais angoissée à l’idée que le roman parte en lambeau dans mes mains hahaha. Combiné à ça le devoir que je me faisais de le lire rapidement du fait qu’on me l’avait prêté alors que, même s’il me faisait envie, j’étais plutôt dans une période où j’avais envie de dévorer de la fantasy, ben j’avais vraiment du mal à me plonger à fond dans cette lecture ! Et d’ailleurs, même si ça a été un peu mieux par la suite, j’ai ressenti peu de choses en lisant L’Orange de Noël et j’ai eu du mal à m’attacher aux personnages…

◊ Cette chronique sera sans doute plus objective que subjective du coup, du moins je vais essayer, car ma lecture a été influencée par tout un tas de perturbateurs extérieurs et je pense que sans ça, j’aurais un peu plus apprécié ma lecture ! Ça n’aurait pas été un coup de cœur, c’est sûr, et sa lecture est loin d’avoir été une torture, mais je pense ne pas avoir su l’apprécier à sa juste valeur.

◊ Je ne connaissais pas du tout le genre « Littérature du terroir », je ne savais même pas que ça existait ; en fait il s’agit simplement de romans dont l’histoire est ancrée et tourne autour de traditions régionales, locales. Ici il faut avouer que nous sommes en plein dedans : le petit village de Saint-Roch est tenu par une main de fer par un curé accroché aux traditions religieuses comme une bouée en pleine mer et la plupart des habitants le suivent aveuglément. Malvina passe pour une enfant idiote auprès des gens du village mais avec l’arrivée de Cécile, nouvelle institutrice laïque à laquelle le curé va mener une guerre brutale, la jeune fille se révèle être en fait très intelligente.

◊ Il faut reconnaître que c’est une belle histoire. On voit une enfant, qui passe pour totalement simple d’esprit – et qui aime aussi faire croire qu’elle l’est, car elle y gagne en paix et tranquillité – se révéler et évoluer au fil des pages grâce à Cécile. Une réelle amitié se forme entre cette jeune femme et cette jeune fille de 14 ou 15 ans et c’est très touchant. Elles doivent faire face aux attaques dans leur dos et de manière totalement déloyales du curé, essuyer les regards méprisants des villageois – mais là aussi ça évolue au fil de l’histoire – et Cécile doit lutter pour ses idées – elle fume, se lave, voit un homme anarchiste régulièrement sans être mariés et elle clame quelques idées féministes. Bref, ça fait un peu trop de choses à avaler pour ses villageois et au début la salle de classe de Cécile est quelque peu vide ! J’ai bien aimé lire la vie de ce village ancré dans ses traditions et ses habitudes de l’ancien temps, qui a du mal à se faire à la séparation entre l’Eglise et l’Etat (qui a pourtant eu lieu il y a une dizaine d’années), c’était bien dépeint et intéressant ! À la fin le village a peu évolué, étant très pauvre, mais la plupart des gens ont su accepter Cécile malgré sa laïcité et les pensées ont un peu changé, même s’il est difficile de faire bouger tout un village en un an.

Cette année-ci, j’ai grandi plus vite que mon arbre et surtout j’ai changé tandis qu’il demeure immuable. À ce point de notre existence commune, nos destins se sont séparés : il continuera, insensible aux mouvements du monde et aux humeurs des hommes, à porter feuilles et fleurs ; et moi, le monde, j’y suis entrée allègrement, de toute la force de mon cœur et de mon esprit longtemps comprimée pour m’en imprégner et le changer ; dans une certaine mesure, je suis devenue maîtresse de ma destinée, tandis que mon arbre demeure soumis aux lois inéluctables des saisons. Nous n’avons plus rien à nous dire.

◊ En dehors de tous ces aspects positifs, j’ai trouvé que l’histoire restait quand même très plate. La guerre entre le curé et l’institutrice est omniprésente dans l’intrigue, on sent à chaque page une épée de Damoclès au-dessus de la tête de Cécile, et pourtant ça n’est pas pesant du tout alors que ça devrait l’être. Pour moi l’auteur a eu des difficultés à nous faire ressentir cette pression constante qu’elle subit.

√ Pour conclure, je dirais que c’est une belle histoire d’évolution, de renaissance et d’amitié, mais pour moi il manque ce petit truc qui aurait pu rendre le roman beaucoup plus touchant et percutant – ou je n’ai pas su y être sensible. J’ai trouvé dommage que la lutte intérieure de Cécile, qui enseigne dans une école laïque où Dieu est totalement absent des ouvrages et a des idées très modernes alors qu’elle est croyante, soit passée à un plan très, très en arrière de l’histoire, simplement survolée.

les plus

  • renaissance, amitié, évolution
  • une véritable lutte entre la religion et l’école laïque
  • une belle histoire qui apporte une jolie leçon

les moins

  • une histoire, des personnages, des sentiments un peu trop plats

Ma note : 3/5

Connaissez-vous ce genre littéraire ?
En avez-vous d’autres à me conseiller ?
N’hésitez pas à commenter, partager,
ou à cliquer sur le petit cœur en bas ♥

Belle journée, Sandy

9 Comments

  • Reply Mademoiselle C. 31 mai 2017 at 20 h 47 min

    J’ai enfin du temps pour faire la tournée des blogs ! J’en profite parce qu’après ça va être le voyage de noces…

    Je pense que ce livre est pour moi ! 😀 Mais j’avoue que je trouve le titre assez bizarre compte tenu du contenu du livre… Je n’aurai jamais imaginé ce genre d’histoire avec un titre pareil.
    Mais c’est le genre de lecture que j’aime et c’est clair que je vais le noter dans un coin !!
    En ce moment je ne fais que ça noter des livres partout.
    J’ai bientôt fini Le Seigneur des Anneaux et j’ai l’impression que ça fait des mois que je suis dedans ! ><

    En tout cas très bon article ! Il m'a donné envie de lire ce livre ! 😀

    • Reply Sandy 12 juin 2017 at 19 h 05 min

      T’en fais pas je comprends tout à fait, tu dois profiter de ces instants uniques de bonheur ♥ Moi j’ai honte du temps que j’ai mis à répondre aux commentaires, et ça doit bien faire un mois que je ne suis pas allée sur les blogs…
      Oui moi aussi je trouvais le titre bizarre au début, mais tu verras si tu lis ce livre que l’Orange de Noël a une signification bien particulière pour Malvina, et quand on le découvre on comprend tout 😉
      Bon du coup il va falloir que je me bouge à aller voir les blogs, car j’ai super envie de connaître ton avis détaillé sur le Seigneur des Anneaux !!

      • Reply Mademoiselle C. 13 juin 2017 at 19 h 31 min

        Bon ben du coup je reviens de Venise, en effet on a bien profité 😀
        Mais par contre, je suis en retard dans mes articles, j’ai fini le Seigneur des Anneaux depuis un moment et je n’ai pas encore commencé à rédiger la dernière partie, j’ai fini Le Meilleur des Mondes d’Aldous Huxley à l’aéroport et j’ai bientôt fini Martin Eden de Jack London ! xD

        Je fais un peu le tour des blogs mais je suis à la bourre et ça ne va s’arranger avec les jours qui viennent ! xD

  • Reply Yuyine 1 juin 2017 at 10 h 03 min

    Les romans du terroir ont leur qualité mais ce n’est pas du tout fait pour moi (bien que ça reste un cran au dessus des romances xD). Je comprends le plaisir de certains lecteurs avec ce genre de livre mais je crois que le côté un peu trop plat que tu soulèves crée chez moi un ennui profond. Je n’ai pas lu celui-ci mais je passerai certainement mon chemin

    • Reply Sandy 12 juin 2017 at 19 h 08 min

      Oui, c’est pas du tout mon genre de prédilection non plus ^^ Là je l’ai lu surtout pour ma collègue, parce qu’elle me l’a prêté, et que le résumé m’avait l’air pas trop mal, mais sinon je pense que je ne l’aurais jamais lu… Pour autant je suis quand même contente de l’avoir lu, ça reste une jolie histoire qui m’a permis de tester un autre genre littéraire 🙂

      PS : désolée pour ce temps fou que j’ai mis à répondre aux commentaires !!

  • Reply La route des lecteurs 3 juin 2017 at 21 h 39 min

    C’est vraiment dommage que tu n’aies pas su être aussi touchée que cela ..
    Le résumé me tentait bien mais ta chronique me rebute pas mal ! Je ne pense donc pas lire cette histoire :-/

    • Reply Sandy 12 juin 2017 at 19 h 09 min

      Je pense qu’il n’a pas su me toucher car ce n’est pas trop mon genre littéraire de prédilection ! Je pense qu’à toi il te plairait bien plus qu’à moi, j’irais pas jusqu’à m’avancer en disant que tu auras un coup de cœur mais à mon avis tu sauras l’apprécier mieux que moi 🙂

      PS : désolée pour le retard que j’ai pris sur mes commentaires 🙁

  • Reply dreamingwithboooks 6 juin 2017 at 16 h 07 min

    J’avoue que je ne connais pas non plus ce genre littéraire … Et je reconnais que ça ne m’attire pas plus que ça … Ici les thèmes ont l’air intéressant mais j’aurais peur du côté trop plat de l’histoire …
    A côté de ça c’est adorable de la part de tes collègue de te proposer des romans qu’ils ont aimé 🙂

    • Reply Sandy 12 juin 2017 at 19 h 17 min

      Je pense qu’il ne te plairait pas trop honnêtement ^^
      Ouiiii, j’étais agréablement surprise ! Ca fait super plaisir. Ils sont souvent impressionnés par la quantité de livres que je lis, même si j’ai pas mal ralenti ces derniers temps.. Il m’en reste encore un à lire mais c’est un thriller alors j’attends encore un peu, je suis pas trop dans ma période pour ce genre littéraire pour le moment 🙂

    Leave a Reply