Drame

Vous n’aurez pas ma haine

20 mai 2016
vous n'aurez pas ma haine
AUTEUR : ANTOINE LEIRIS

Editions : Fayard
Année de sortie : 2016

Broché : 12,90€

Pages : 139

Lu du 13 au 14 mai 2016

Site de la maison d’édition
Acheter ce livre sur Amazon

L'histoire

Antoine Leiris a perdu sa femme, Hélène Muyal-Leiris, le 13 novembre 2015, assassinée au Bataclan. Accablé par la perte, il n’a qu’une arme : sa plume. À l’image de la lueur d’espoir et de douceur que fut sa lettre “Vous n’aurez pas ma haine”, publiée au lendemain des attentats, il nous raconte ici comment, malgré tout, la vie doit continuer.

C’est ce quotidien, meurtri mais tendre, entre un père et un fils, qu’il nous offre. Un témoignage bouleversant.

Mon avis

◊ Voilà une chronique qui va pour moi être un peu difficile à écrire… J’ai énormément de mal à trouver mes mots suite à cette lecture, ce témoignage m’a tellement bouleversé, je n’ai jamais autant pleuré en lisant un livre. J’ai lu ce récit dans le cadre du Weekend à 1000. C’était la première fois que je participais, je ne pensais pas du tout réussir ce défi (finalement si et d’ailleurs si vous voulez voir ma progression, je vous invite à aller tout en bas de mon article), alors pour me faciliter la tâche et surtout diminuer ma pile à lire j’ai choisi des romans pas trop gros dont j’étais sûre qu’il me plairait – puisque quand un roman me plait, je le lis beaucoup plus vite.

Ne vous attendez pas à un récit des évènements du 13 novembre 2015 parce que ce ne sera pas le cas. Vous connaissez sans doute déjà une partie du texte, puisqu’il l’a d’abord écrit sur Facebook. L’auteur ne fait qu’évoquer l’évènement, vaguement, pour raconter comment il a appris que sa femme était morte. Ce récit n’est qu’un cri de douleur, le hurlement d’un cœur à l’agoni qui vient de perdre la personne qu’il aime. J’aimerais rendre honneur à ce témoignage en employant les mots qu’il faut, pourtant ça sera sûrement très maladroit et mes mots seront loin de réussir à exprimer tout ce que j’ai ressenti en lisant Vous n’aurez pas ma haine.

♥ J’ai tellement, tellement, tellement pleuré en lisant ces maux.

◊ Je pourrais vous mettre des citations, pour vous montrer à quel point cet amour est beau, sincère et déchirant, j’ai voulu en mettre tant les mots (maux) m’ont frappé, mais finalement je ne le ferais pas. Parce que vous devez lire ce livre pour comprendre, parce que vous devez découvrir ces mots quand vous les lirez.

◊ Je ne sais pas si j’arriverai à écrire beaucoup sur ce témoignage tant il m’a coupé le souffle et brisé le cœur. Heureusement, j’étais seule pour le lire, ce qui m’a permis de laisser libre court à mon chagrin. Et pourtant je sais qu’il est à mille lieux du chagrin que cet homme a dû ressentir. En racontant sa douleur, il a tenté d’en faire un exutoire tout en rendant un magnifique hommage à Hélène, sa femme. Il la raconte avec un tel amour, avec le genre de détails que seul un homme amoureux peut remarquer, jusqu’à se souvenir de la jupe qu’elle portait le jour de leur rencontre.

Comme il le dit si justement : Ça aurait pu être un chauffard qui oublie de freiner, une tumeur un peu plus maligne que les autres ou une bombe nucléaire, la seule chose qui compte, c’est qu’elle ne soit plus là. Les armes, les balles, la violence, tout ça n’est que le décor de la scène qui se joue réellement, l’absence.
(bon finalement il a quand même fallu que je le cite au moins une fois) Au final, peu importe la façon dont elle est morte, pour lui il retient juste le fait qu’elle n’est plus là. Et qu’il doit faire avec, vivre avec (sans).

◊ Ce témoignage, ce n’est que le récit des jours qui ont suivi, quand il faut faire face au vide que sa femme a laissé, quand il faut essayer de rester fort devant son fils, faire face à la maladresse des autres. C’est poignant, bouleversant, horrible, ça brise le cœur. J’avais très, très mal au cœur après cette lecture, c’est un récit qui fait mal mais dans ce mal, j’ai lu quelque chose de terriblement beau et magnifique. Rien que pour ça, il faut le lire.

 

vous n'aurez pas ma haine

Un coup de cœur ♥

You Might Also Like

4 Comments

  • Reply La route des lecteurs 21 mai 2016 at 15 h 40 min

    Elise de la chaîne Booktube “Les lectures d’Elise” l’a lu au mois d’avril et a aussi eu un gros coup de coeur. Depuis, je tiens absolument à le lire !

    • Reply Sandy 21 mai 2016 at 15 h 49 min

      Alors prépare une boîte de mouchoir à côté de toi ! Je vois que l’avis d’Elise dans sa vidéo rejoint beaucoup le mien, je crois que c’est impossible de ne pas être touché(e) en plein cœur par ce témoignage.

  • Reply Chris 21 mai 2016 at 16 h 54 min

    Au risque de blesser certaines personnes, je tiens quand-même à laisser mon avis.
    Oui ce qu’il s’est passé ce jour là est déplorable, choquant, injuste. Certains sont morts dans d’atroces souffrances. Tu as été émue aux larmes par ta lecture, évidemment, le contraire serait étonnant lorsque l’on parle d’un sujet pareil. Donc le coup de coeur passe par le message qu’il délivre et non plus par ou pour le style de l’auteur.
    Je ne sais pas si je lirai ce livre, bouleversant ou non. Des livres pareils peuplent surement les rayons.
    Le soir des événements tragiques je n’étais pas chez moi, je participais à une LAN à Nantes (rassemblement de joueurs dans un espace). Le week-end pouvait être annulés et j’ai été attristé, meurtris. En écoutant les témoignages de personnes présentes qui s’en était tiré, j’ai été choqué, attristé et solidaire envers ces personnes.
    Mais un témoignage d’un tel événement ne peut qu’émouvoir.
    Et si tu perds un être cher d’un cancer ou d’une autre maladie, cela procure le même effet de vide, d’absence. Il l’écrit lui-même dans son texte dans le passage que tu as cité. “peut importe la façon, l’important c’est qu’elle ne soit plus la”. Mais vu le battage médiatique et la connaissance que nous avons eu de cet acte terroriste, couplé à notre âme patriotique, le coup de cœur se révèle fraternel et s’impose à toi.
    Pour l’instant du moins, je ne lirai pas ce livre. L’événement est encore trop récent pour se faire une opinion objective.
    Ceci dit ton avis m’a beaucoup touché, tout comme celui d’Océane sur le livre que je t’avais montré il me semble.
    Et désolé si je t’ai blessée, je ne suis pas inhumain pour autant.

    • Reply Sandy 21 mai 2016 at 17 h 15 min

      Merci pour ton avis qui ne me blesse nullement, je comprends totalement ton point de vue et d’ailleurs je tiens à éclaircir quelque chose que je n’ai pas exprimé dans ma chronique ^^ : je n’ai pas été touchée par ce témoignage parce que la mort de sa femme a eu lieu durant les attentats du 13 novembre, mais simplement parce qu’il l’exprime avec une douleur et un amour infiniment beau et fort. C’est ça qui m’a touché, je suis assez sensible avec ce genre de choses et quand c’est exprimé avec les bons mots et qu’on y ressent l’émotion comme ça a été le cas dans ce témoignage, je peux facilement être émue aux larmes. Je me suis souviens avoir eu les larmes aux yeux devant un autre récit, cette fois-ci fictif, car la personne avait perdu l’être aimé et ça m’avait fait mal au cœur aussi, mais j’en avais pas autant pleuré car c’était exprimé moins justement.

      J’ai été choquée et attristée par ce qui est arrivé le 13 novembre mais je l’ai très peu exprimé car j’étais un peu… dépitée, qu’on en parle autant… Pourquoi? Des gens subissent la même chose tous les jours dans leurs pays, parfois en pire, et on en parle à peine. Bref, je ne dois pas être si patriotique que ça, même si ça n’empêche pas que j’ai été touchée par cet élan de solidarité venu du monde entier ! Mais mon dieu je me suis sentie encore plus triste pour les gens qui meurent et dont tout le monde se fout, à part leurs proches, quand il y en a encore.

    Leave a Reply